Aux origines

En 1968, l'humble révolution des saisons donne son rythme paisible aux habitants de la ferme, qui cultivent les champs de céréales et élèvent les vaches et leurs veaux, alors que l'idée germe.  

Le cycle des saisons se poursuit, et le virage s'opère lentement. La ferme est arboricole en 1995. Ça y est , les pommes poussent, et elles semblent bonnes.

Cécile et Jacques, Anne et Claude, Hélène et Elie. Trois générations, qui depuis, font de leur mieux.

 

Faire de son mieux

La première motivation, c'est la recherche du goût (on pourrait s'arrêter là), qui va de paire avec le respect de la terre, condition sine qua non à la bonne santé des plantes. A bien y regarder, cela fait un cercle vertueux.

A mieux y regarder, un travail exigeant de toute l'année est nécessaire pour une qualité sans partage du résultat.

Et la liste des choses à faire et à penser est longue: récolte, taille, traitements (dans le pulvé, on ne met pas que des produits phyto, et ça change ;) ), surveillance, égrenage, lestage, arrachage et plantation, tours de vergers techniques, échantillonage, poses d'auxiliaires, re-surveillance, tonte...

Sans compter les aléas, sans compter le changement climatique, la recrudescence administrative, la mauvaise presse dont souffre métier, et on en passe... Mais quand on aime... 

  

Le verger en évolution


Avant-hier en agriculture conventionnelle, aujourd'hui en agriculture raisonnée, demain en agriculture biologique, après-demain en biodynamie...? Le débat reste ouvert et l'arboriculture évolue dans le bon sens: celui du questionnement.

 

Forts de l'expérience des générations socle et attentifs aux enseignements, nous n'avons qu'une certitude: il n'y a pas UNE réponse face à une situation qui appartient à son contexte. 

Une attitude humble vis-à-vis des enjeux de demain nous pousse à éviter les écueils du duel conventionnel-biologique actuel.

 

Malgré tout, nous avons la passion des choses bien faites et la conviction que la nature les réalise mieux toute seule, lorsque l'action de l'homme vise à l'y aider. Tout notre travail nous pousse dans ce sens. Notre but est d'intégrer un cadre naturel, d'en faire profiter les autres pour l'alimentation, et de pouvoir en vivre.

 

En terme de démarches, labels, certifications, une partie d'entre eux témoigne d'une part de notre réflexion et de notre travail: vergers éco-responsables, HVE (Haute Valeur Environementale), AB en conversion en 2020 sur la partie self, Saveur en  Nord.

Mais comme on ne met pas un autocollant sur une Ferrari, nous estimons qu'ils ne font pas toute la valeur du verger, au-delà de l'appui évident qu'ils apportent et de leur mérite d'exister.

 

La fine équipe

Qu'il fasse beau, qu'il pleuve ou qu'il vente, ils sont présents: Nathalie, Déborah, Florine, et Jérémie (qui nous a aidé dix ans: merci à lui ;) ). Vous les croisez au conditionnement ou au magasin, sinon, c'est qu'ils bichonnent le verger.

Il y a aussi "les habitués": Sylvie, Louise, Claudine, Bibiane, Hanna, Françoise, à la cueillette.

Et les chevreuils, qui de loin, veillent au grain.